(OMVS): Lutter contre les maladies tropicales négligées (MTN) et le paludisme en changeant les comportements des populations.

Les maladies tropicales négligées ou MTN touchent 1,5 milliard de personnes à travers le monde, dont 39% vivent sur le continent Africain. Un grand nombre de personnes atteintes de ces pathologies ne sont souvent pas traitées. Au Mali, 3,5 millions de personnes nécessitant un traitement contre les MTN n’ont pas été traitées en 2016 (OMS). Le pays est l’un de ceux qui subissent le plus durement les conséquences des MTN. Entre 2010 et 2018, 3% de tous les décès attribuables au paludisme dans le monde sont survenus au Mali. De même, on observe une augmentation de la prévalence du paludisme, faisant des MTN de véritables problèmes de santé publique dans le pays. 

Pour réduire la prévalence des MTN et du paludisme, l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) a mis en place le Projet de Gestion Intégré des Ressources en Eau et de Développement des Usages Multiples du Bassin du Fleuve Sénégal (PGIRE), dont l’objectif est d’atténuer la vulnérabilité des conditions de vie des populations au Mali, vivant aux alentours du fleuve Sénégal.

A la fin de la première phase de mise en œuvre et en prélude au lancement de la seconde phase, Askaan Santé a été chargé par l’OMVS pour évaluer le volet communication des activités de l’Agence d’Exécution communautaire (AEC) et proposer un plan de relance. L’évaluation menée par Askaan Santé dans les régions de Kayes et Koulikoro où intervient le projet a permis de mettre en lumière les raisons des résultats insuffisants enregistrés à l’issue de la première phase de mise en œuvre.

Les évidences ainsi dégagées ont guidé le processus d’élaboration du plan de communication de renforcement et de relance pour le changement de comportements des communautés vis-à-vis des MTN et du paludisme. La mise en œuvre conforme de ce plan de communication sur mesure basé sur les principaux déterminants comportementaux des différents groupes participants devrait aboutir à une adoption durable par les communautés de comportements individuels et collectifs favorables à la lutte contre les MTN et le paludisme.